REPUBLIC FAIRCHILD A10 THUNDERBOLT II

warairplane14.jpg

« …Pourquoi croyez-vous que cela soit un des seuls chasseurs bombardier que nous ayons dans l’inventaire US, et qui ne nous ne vendons à aucun pays étranger ? Parce que ceux des Marines et de l’US army ont vu ce qu’il pouvait faire, et ce que des méchants pourraient nous faire s’ils étaient en position de pouvoir les utiliser contre nous. C’est aussi pourquoi, les F16, ces rases moquettes en alu, vendez-en !!. Vendez-en autant que vous pouvez et à qui vous voulez. Ils ne sont bon que pour les shows aériens et les test de sièges éjectable. Le Warthong, autrement dit le Phacochère, est la plate forme air sol de pointe dans l’inventaire USAF. Sans rival et irremplaçable » Fin de déclaration. (déclaration d’un pilote de l’US Air en parlant de l’A10 Warthog)


Conçu en réponse à un appel d’offres lancé par l’USAF en 1967, réclamant un nouvel appareil d’appui tactique, le Fairchild A-10 Thunderbolt II a effectué son premier vol le 10 mai 1972. Au terme d’une série d’essais opérationnels, il a été préféré au projet de la firme Northop, le A-9. Puissamment armé et doté d’un blindage sans équivalent, le Thunderbolt est particulièrement apte à survivre dans un environnement difficile. L’armement principal du A-10A est constitué par le canon à sept tubes GAU -8/A Avenger tirant des obus de 30 mm. Situé sous l’avant du fuselage, le GAU-8/A dispose de deux cadences de tir possibles, 2 100 et 4 200 coups/mn. Implantés assez haut à l’arrière du fuselage, les réacteurs sont protégés des tirs venant du sol par la voilure et l’empennage. Ceux-ci masquant partiellement le rayonnement infrarouge des gaz d’échappement, contribuent par ailleurs à réduire la vulnérabilité de l’appareil aux missiles sol-air se guidant sur les sources de chaleur. La cellule, qui comporte une baignoire blindée entourant le pilote, est conçue pour résister à des tirs très rapprochés. Certaines des ses parties constitutives (éléments de fuselage, volets, gouvernails, jambes de train) sont interchangeables ou facilement réparables. Les systèmes hydraulique de commande de vol sont doublés, et en cas de perte de pression le pilote peut recourir à des commandes manuelles. Disposant pour sa protection de deux conteneurs de contre-mesures électroniques AN/ALO119 et d’un système de leurres thermiques et magnétiques AN-ALE 40, le Thunderbolt emporte également un désignateur de cible laser Pave Penny, qui est monté sur pod sur le côté avant droit de son fuselage.

Le concept de l’A-10 trouve ses origines dans la nécessité exprimée par l’armée américaine de disposer d’un avion de lutte antiguérilla adapté au théâtre asiatique. La guerre du Viêt-nam ayant pris fin avant sa mise au point, le Thunderbolt II a été transformé en appareil de lutte antichar.

agfighter186.jpg
L’A-10A Thunderbolt II a été conçu autour du canon GA U-8/A Avenger de 30 mm, dont la puissance de feu est considérable. Montée dans un caisson en titane qui la protège des tirs venus du sol, cette arme est capable de tirer aussi bien des obus perforants (contre les chars) que des projectiles explosifs (contre les camions et et les constructions), chacun de ces obus pèse 0,9 kg.
Le canon General Electric GAU-8/A Avenger de 30 mm est de loin, le canon à tir le plus puissant qui ait jamais été installé à bord d’un avion de combat (jusqu’à la mise en service de notre petit Rafale !). Sa cadence de tir maximale de 4 200 obus à la minute est des dizaines de fois plus élevée que celle des canons de plus gros calibre plus ancien. La nacelle Pave Penny contient un récepteur laser qui détecte et poursuit tous les objectifs de surface désignés par un équipement laser ami. Envoyant des informations sur le collimateur tête haute ou dans le système de conduite de tir, le récepteur permet le verrouillage des missiles Marverick.

L’appellation officielle de l’A-10A est Thunderbolt II, mais l’avion est plus connu sous le nom de Warthog (littéralement, phacochère) dans les unités opérationnelles. Cette dénomination imaginée convient bien à une machine volante dans la robustesse est l’une des principales caractéristiques. Le canon GAU-8/A dont l’A-10A est doté ne peut tirer que de courtes rafales, l’importance du recul ralentissant en effet la vitesse de l’avion de façon considérable.

Le pilote de l’A-10A se trouve dans une véritable baignoire usinée d’une seule pièce en alliage de titane. L’épaisseur du blindage varie entre 12 et 38 mm, et le poids de l’ensemble atteint 545 kg. Le pare-brise est à l’épreuve des balles, mais la verrière est fragilisée au-dessus de l’emplacement du pilote, afin de permettre une éjection éventuelle. Fabriqué par la firme Mc-Donnell Douglas, le siège éjectable ACES II bénéficie d’une bonne réputation au sein de l’US Air Force. L’appui-tête est équipé de pointes qui brisent la verrière au moment de l’éjection.

Le réceptacle de ravitaillement en vol situé dans le nez de l’A-10A n’est compatible qu’avec le système de tuyau rigide employé par les KC-135 et les KC-10 de l’US Air Force. Il ne peut être utilisé avec les équipements de ce type adoptés par l’US Navy, la Royal Air Force et les ravitailleurs de l’OTAN.
agfighter14.jpg
A l’extrémité de la queue du Thunderbolt II se trouvent les antennes principales du détecteur de radars ALR-69. D’autres antennes sont disposées tout autour de l’avion. Elles sont destinées à détecter les émissions de radars verrouillés sur lui. Le pilote sait alors que les défenses antiaériennes ennemies vont ouvrir le feu sur son appareil. Cet équipement comprend notamment le récepteur ALOR-46(V) et le détecteur de missiles ALR-64 Compass Sail. Ne disposant pas de postcombustion, les réacteur TF34 de l’A-10A ont une signature infrarouge assez faible. Il sont installés de telle façon qu’ils se trouvent en partie masqués par la voilure et par les stabilisateurs, ce qui diminue la vulnérabilité de l’avion aux missiles à autodirecteur infrarouge. Le Thunderbolt II peut continuer à voler en ayant l’un ou l’autre de ses moteurs détruit. Réminiscence de la Seconde Guerre mondiale, l’empennage bi-dérive est devenu assez courant sur les avions actuels. L’A-10A peut continuer à voler avec une partie de cet empennage détruite. Les éléments de gauche et de droite sont interchangeables.
N’ayant pas été conçu pur voler à des vitesses supersoniques, sa voilure ne présente aucune flèche. Le profil NAGA 6716 dont ses ailes s’inspirent confère à l’appareil une portance élevée à faible vitesse, dans les virages accentués et lors du décollage ou de l’atterrissage.
warairplane39.jpg
L’avionique de l’A-10A a été réduite au minimum. Le tableau de bord comporte, dans sa partie droite, des jauges de carburant et une douzaine de cadrans se rapportant aux paramètres des moteurs et à la génératrice auxiliaire. En dessous se trouvent l’altimètre, le variomètre et l’écran de contrôle vidéo des missiles Maverick. Sur son côté gauche, le pilote dispose de plusieurs sélecteurs d’armements, de commandes de direction, d’indicateurs de vitesse et d’angle d’attaque et d’un horizon artificiel. Le collimateur tête haute, qui fournit diverses informations comme la vitesse verticale et l’angle de vol, est relié à la centrale de navigation inertielle. En ce qui concerne l’accès au poste de pilotage, le pilote dispose d’une échelle escamotable, entreposée dans un compartiment placé en arrière de l’habitacle. Cette échelle peut être manoeuvrée depuis le poste de pilotage.

000c285f.jpeg

A-10 Thunderbolt II
Kagero Oficyna Wydawnicza (Publishers) | ISBN 8389088827 | 2005 | PDF | 42 pages | 9 MB

“ The Fairchild A-lO Thunderbolt II, is the first USAF aircraft developed specially to provide aerial fire in support of ground
troops. The aircraft is designed to be re-fuelled, re-armed, and serviced with minimal equipment. Its short take off and
landing capability permit operation from airstrips close to the front lines. The A-10 Thunderbolt U is also known as the Warthog; the Flying Gun and the Tankbuster
(This book would suit aircraft model makers)

http://rapidshare.com/files/217544298/A-10_Thunderbolt_II.rar

 



Laisser un commentaire

d-branches |
molossewaf |
Berloul Mania 3 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | weekend
| blogprotectionanimale
| NATURALITE SAUVAGE